Critique du livre Qui va payer la crise ? de François Lenglet

François Lenglet est l’un des chroniqueurs économiques les plus médiatisés car il explique simplement, à l’aide d’images, des situations et des concepts économiques qui paraissent complexes pour la majorité des personnes.

On retrouve cette force de vulgarisation dans le livre « Qui va payer la crise ? » qui traite la crise européenne.

« Qui va payer la crise ? » est un bon résumé de la chronologie du « sauvetage de l’euro » et de ses ratés : découverte de l’endettement de la Grèce, interventions du FMI et de la troïka, mesures d’austérités, allongement des durées de remboursement des obligations grecques, défaut partielle de la Grèce, création du FESF, du MES, interventions exceptionnelles de la BCE etc.

Le contexte et les enjeux de chaque décision des « sommets de la dernière chance » y sont expliqués et on comprend facilement pour quoi rien n’a marché puisque chaque décision avait un cran de retard sur la réalité.

On retrouve quelques références historiques croustillantes, comme le fait que se soit déjà la Grèce qui est provoqué la fin de l’Union monétaire latine en (1865-1927).

Continuer la lecture de Critique du livre Qui va payer la crise ? de François Lenglet

Le risque de faillite des pays chute en 2012 (prix des CDS)

Les CDS (Credit Default Swap) sont des contrats de garantie financière en cas de faillite d’un pays ou d’une entreprise.

Un CDS sur la France à 163,3 $ permettra d’assurer 10 000 $ sur 5 ans. Si la France fait faillite dans les 5 ans et que vous avez acheté un CDS, vous récupérerez donc 10 000 $.
Ils peuvent être utilisé soit à des fins de garantie (si vous avez des investissements dans le pays et que vous voulez limiter les pertes), soit à titre spéculatif pour gagner de l’argent sur la faillite d’un pays.

Le prix d’un CDS représente la probabilité de faillite d’un pays selon le marché. Plus le prix d’un CDS est élevé, plus le risque de défaut du pays est grand.

Les prix des CDS, donc le risque de défaut des pays ont fortement baissé début 2012.
En un peu plus d’un mois, la Grèce a vu son risque de faillite baisser de 25,5 %, la France de 25,7 % et l’Italie de 20,2 %.
Seul le Portugal voit le prix de ses CDS augmenter de 19 %.

Variations du prix des CDS en 2012
Variations du prix des CDS en 2012

Source : Bespoke

Comment Georges Soros a détruit l’ancêtre de l’Euro

La fin de l’euro serait-elle vraiment un scénario inédit ? Entre 1979 et 1992, un système monétaire avait déjà été mis en place entre les principaux pays européens (Allemagne, France, Angleterre) pour lier leurs monnaies.

Le Système Monétaire Européen (SME) a pris fin suites aux attaques du hedge fund de Georges Soros sur le marché des changes.
En prenant des positions baissières de plusieurs milliards contre la livre sterling, Georges Soros a forcé la Banque d’Angleterre a sortir du Système Monétaire Européen ce qui lui a valu le surnom de « l’homme qui a fait sauter la Banque d’Angleterre ».

Comment Georges Soros a réussi a faire couler la livre sterling et le Système Monétaire Européen, ancêtre de l’euro ? a engendrer des milliards de plus-value ? un tel scénario peut-il se reproduire avec l’euro ? c’est ce que nous allons étudier dans cet article.

Continuer la lecture de Comment Georges Soros a détruit l’ancêtre de l’Euro

Nicolas Doze – Open Bar pour les banques à la BCE

Nicolas Doze explique les objectifs du prêt spécial à 1 % (sur 3 ans) que la BCE propose aux banques européennes.
La BCE a prêté dans la matinée 489 milliards d’euros à 523 banques de la Zone Euro lors d’une opération inédite de prêt à trois ans à 1 % destiné à refinancer le système bancaire européen.

Que vont faire les banques de l’argent emprunté quasi gratuitement à la Banque Centrale Européenne ?

  • s’en servir pour rembourser leurs dettes et renforcer leurs fonds propres ?
  • investir dans les dettes souveraines des états en difficulté (PIGS) ?
  • acheter des dettes d’états jugés sûrs comme l’Allemagne ou les Pays-Bas ?
  • les réinjecter sur le marché des actions ?


Nicolas Doze – Italie, 3ème plan de rigueur et des larmes

Nicolas Doze présente le troisième plan de rigueur de Mario Monti en Italie (impôts et réduction de dépenses), les larmes de la ministre du travail qui annonce l’arrêt de l’indexation des pensions de retraite sur l’inflation, l’augmentation de la TVA, retour de la taxe foncière, suppression de certains numerus clausus, baisse du financement des transports public et coupes budgétaires dans les collectivités territoriales.

L’Italie ne veut pas porter l’infamie d’avoir détruit l’euro.

Sacrifices ou insolvabilité ? tels sont les choix de l’Italie selon Mario Monti.


A quand de tels plans de rigueur en France ? fin de l’indexation des retraites sur l’inflation ? financement de la protection sociale ? dépenses publiques ? réduction du périmètre d’action de l’état ?

17/11/2011 – Nouveau record des taux d’emprunt Français à 10 ans

Le taux obligataire auquel emprunte la France sur 10 ans est à son plus au niveau depuis le mois d’avril.

Le taux des OAT françaises à 10 ans est de 3,64% aujourd’hui. Un plus haut à 3,82 % a même été touché.
Le taux d’emprunt de la France a augmenté de quasiment 52 % depuis septembre 2011.
Cette augmentation des taux d’emprunt est très couteux pour la France qui doit émettre fréquemment de nouvelles obligations afin d’emprunter de l’argent sur le marché et financer sa dette publique.

Cette augmentation du taux d’emprunt français est représentative de l’aversion au risque créé par la crise des dettes souveraines de la Zone Euro et de la peur liée à la perte du AAA.
Les pays dont la dette publique semble mieux maitrisée, comme l’Allemagne voit leur taux d’emprunt baisser, ce qui provoque une hausse du spread entre les emprunts obligataires Français et Allemands.

Taux d'emprunt OAT 10 ans France au 17/11/2011
Taux d'emprunt OAT 10 ans France au 17/11/2011

Cette hausse est due aux banques et assureurs qui se débarrassent des obligations d’états jugées trop risquées après le défaut partiel de la Grèce sur sa dette.

Contrairement à ce qu’il se passait à la mi-octobre (cf. Hausse des taux d’emprunt de la France et du CAC 40) où les taux montait en même temps que le CAC 40 par le biais d’arbitrages entre les OAT et les actions françaises, cette fois-ci les taux français montent et le CAC baisse, ce qui signifie que des capitaux sortent de France pour être réinvestis dans des pays jugés plus sûrs.

Les détenteurs de la dette grecque

Qui détient la dette grecque ? Voici une question que beaucoup se posent en ces temps de crise des dettes souveraines. Barlcays Bank a publié une liste des 40 principaux détenteurs de la dette grecque.

Les 40 établissements ou institutions suivants représentent 75 % de la dette publique grecque.
Les banques et les assureurs français détiennent 18,3 milliards de dette du secteur public grec. L’exposition est certes importante mais la perte de 50 % reste largement supportable pour le secteur bancaire français.
La BNP est la banque française la plus exposée avec 5 milliards d’euros d’encours, suivi par Dexia (ou ce qu’il en reste), Société Générale, Groupama, CNP, BPCE, AXA et enfin Crédit Agricole qui était exposée à la Grèce par l’une de ses filiales.

Le secteur public (48,6 Mds€) et les banques grecques sont largement exposés à la dette de leur pays.

Liste des 40 principaux détenteurs de la dette publique grecque par Barclays.

Continuer la lecture de Les détenteurs de la dette grecque

Nicolas Doze – Grèce, un référendum simple et rapide exigé

Nicolas Doze réagit sur la décision du premier ministre grec de faire un référendum.
La proposition d’un référendum sur les conditions d’aide en Grèce sans avertir les partenaires européens est déloyale et irresponsable de la part du premier ministre grec Geórgios Papandréou.
Les pays européens mettent la pression sur la Grèce pour que ce référendum soit fait avant la fin de l’année.


Nicolas Doze – La Grèce au bord de l’insurrection

Réaction de Nicolas Doze à l’annonce du référendum grec de Geórgios Papandréou sur l’acceptation de l’aide du FESF, le 1er novembre 2011 sur BFM.


Notation des dettes des pays européens

Les dettes des pays sont évaluées par des agences de notations (Standard and Poor’s, Moody’s, Fitch) qui leur attribuent une note censée représenter le niveau de solvabilité du pays.

Ces notations font la une de l’actualité ces derniers temps car avec la crise des dettes souveraines européennes il ne se passe plus un mois sans que l’on ne parle de la dégradation de la note d’un pays européen.

Les pays européens les plus touchés par l’endettement public, les PIGS (Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne) ont subi des abaissements successifs de leur note.

Voici les notes attribuées par les 3 principales agences de notation aux dettes des pays européens au 19 octobre 2011.

Continuer la lecture de Notation des dettes des pays européens